Amérique Latine

REMY GROSSO 
MS Spécialisation Marketing 
Promotion 2007 – 2008 

Senior Product manager @Huge Inc.
Bogotá, Colombie.

  • Dans quel contexte es-tu parti à l’étranger ? (VIE, Expat, autres ?) 

Mes expériences de travail à l’étranger n’ont jamais été motivés par la volonté de m’expatrier ou de connaître un pays en particulier. Je dirais qu’elles ont plutôt été lié à des opportunités qui se sont présentés et la possibilité que j’ai eu de les saisir.

  • Dans quel pays es-tu parti ? Pourquoi ce pays ? Cette ville ?

Les opportunités qui se sont présentées à moi m’ont d’abord amené à travailler aux États-Unis, ensuite en Italie, puis en Amérique latine au Pérou, en Colombie et au Panama, et enfin en Suisse. Sans raison ou volonté particulière d’aller travailler spécialement dans ces pays, j’ai simplement eu l’opportunité et la possibilité d’y aller ☺

  • Au sein de quelle entreprise travailles-tu ? Quel est son domaine d’activité ? 

Aux États-Unis j’ai travaillé comme enseignant d’Italien à l’université de Plymouth state, dans le New Hampshire. 
En Italie, à Milan j’étais chef de produit pour applications mobiles, au sein de la maison d’édition Mondadori. 
Au Pérou, à Lima, j’étais également chef de produit pour une application iPad, dans une start-up financée par des investisseurs espagnols. 
En Colombie j’ai été à nouveau chef de produit et consultant dans le domaine du digital, chez Imaginamos, Rappi, PayU et Huge inc
Au Panama j’ai travaillé chez Eiyei, une agence digitale pour PME, j’étais directeur général.
Enfin, en Suisse j’ai travaillé en tant que chef de produit et opération pour une agence digital appelé Atipik.
Concrètement l’ensemble de mes expériences à l’étranger m’ont permis de travailler dans de nombreuses entreprises de tailles différentes mais globalement toujours dans le même domaine d’activité.

  • Quel était ton poste en alternance à l’ECEMA ?

En alternance j’étais assistant chef de produit pour le back office d’une plateforme de contenu digital pour portails opérateurs.

  • Quand es-tu parti à l’étranger ?

Je suis parti à l’étranger juste après ma dernière année à l’ECEMA et j’ai commencé à entreprendre toutes les démarches nécessaires lorsque la possibilité d’obtenir un poste s’est concrétisée.
J’avais déjà des expériences à l’internationale avant mon départ après l’ECEMA, au niveau personnel et également professionnelle grâce à mes stages d’études supérieures.

  • Quel niveau de langue avais-tu avant ton départ ? Quel niveau penses-tu avoir aujourd’hui ?

Pour les États-Unis, j’avais un niveau universitaire renforcé grâce à la filière affaires et commerce internationale que j’ai suivi, probablement un niveau B2/C1, mais sans aucune pratique d’immersion dans un pays anglophone. 
Pour l’Italie j’étais déjà bilingue, et pour l’Amérique latine je n’avais aucune notion de la langue, j’ai donc appris sur place. 
Actuellement, j’ai un niveau courant en anglais et en espagnol.

  • As-tu organisé ton voyage avant le départ ? hébergement, rencontre virtuelle des différents acteurs de votre expérience…

Honnêtement, pas vraiment… Dans chaque pays j’avais un point de chute, qui m’a permis de gérer les détails directement depuis le pays en question. Seulement, pour les États-Unis, la procédure de visa a été gérée par l’entreprise dans laquelle j’allais travailler, l’université de Plymouth state, dans le New Hampshire.

  • L’adaptation à un nouveau pays, une nouvelle culture a-t-elle été compliquée ou plutôt simple pour toi ? Pourquoi ?

Je n’ai jamais éprouvé de difficulté d’adaptation, même pour des cultures différentes et même si je ne parlais pas la langue. Cela peut certainement s’expliquer parce que j’ai grandi entre deux pays et deux cultures, cela m’a beaucoup aidé !

  • Que fais-tu maintenant ? 

Je vis actuellement en Colombie, jusqu’à la prochaine opportunité, seulement cette fois ce sera avec femme et enfant ! ☺

  • Quelles sont les raisons pour lesquelles tu es resté à l’étranger ?

Principalement pour les valeurs et les principes qui correspondent beaucoup à ce que ma famille et moi recherchons ; également la situation économique dans le domaine des NTIC y est très favorable.

  • Avec du recul, que penses-tu de cette expérience ?

L’effet d’une expérience à l’étranger peut vraiment se mesurer lors du retour dans le pays d’origine : on se rend compte de beaucoup de choses qui nous paraissaient normales, qu’on ne questionnait pas, et avec la capacité de comparaison que nous a donné l’expérience à l’étranger, on a un regard beaucoup plus critique. Par exemple, dans les groupes sociaux auxquels on appartenait avant de partir et qu’on retrouve au retour, on se rend compte de la maturité et de l’ouverture d’esprit qu’on a acquis.

SANTIAGO MOSQUERA 
MS Spécialisation Marketing – Communication
Promotion 2007 – 2010

Publicist and Business Administrator @Blackboard.
Bogotá, Colombie.

  • Dans quel contexte es-tu parti à l’étranger ? (VIE, Expat, autres ?) 

Je suis parti faire mes études en France à l’âge de vingt ans. J’ai appris le français avant de commencer mon cursus universitaire. 

  • Dans quel pays es-tu parti ? Pourquoi ce pays ? Cette ville ?

Je suis parti de Bogotá pour aller à Lyon directement après mon bac. J’ai également vécu un an à Nice, puis deux ans à Paris et enfin, sept ans à Lyon pour un total de presque dix ans en France.

  • Quel niveau de langue avais-tu avant ton départ ? Quel niveau penses-tu avoir aujourd’hui ?

Je n’avais aucune expérience à l’étranger avant de partir en France, je suis donc parti de Colombie avec un niveau A2 en Français. Aujourd’hui même si cela fait presque 10 ans que je suis rentré dans mon pays en Colombie, je garde un bon niveau, possiblement un C1. 

  • L’adaptation à un nouveau pays, une nouvelle culture a-t-elle été compliquée ou plutôt simple pour toi ? Pourquoi ?

Dans mon cas l’adaptation a été plutôt facile. La France m’a accueilli les bras ouverts et étant donné mon âge (20 ans) c’était le moment pour apprendre, sortir de ma zone de confort et vivre des nouvelles expériences. 

  • Que fais-tu maintenant ? 

Je suis rentré en Colombie et je travaille chez Blackboard, en tant que « Publicist and Business Administrator », je fais du support pour les distributeurs. Je gère les régions d’Asie, du Pacifique, d’Amérique Latine et d’Amérique du nord 

  • Avec du recul, que penses-tu de cette expérience ?

C’était la meilleure expérience de ma vie, si j’avais à le refaire je le ferais sans hésitation. Je pourrais changer quelques petits détails dans ce que j’ai fait en France mais je ne changerai jamais le fait d’avoir vécu dans ce pays.